Emily and Sarah looking out to sea aboard Te Kaha

Photo par LWT Isaac Inwood-Reardon

 

À la découverte de l’emploi de rêve

Vivre à bord du Te Kaha

Emily Lewis et Sarah Redmond ont commencé à travailler pour Lockheed Martin Canada en tant qu’étudiantes du programme d’enseignement coopératif et elles n’ont jamais arrêté. Elles sont toutes deux employées comme ingénieurs en logiciel
et travaillent sur le système de gestion du combat (CMS) de Lockheed Martin Canada, appelé CMS 330. Récemment, leur projet les a conduites à l’autre bout du monde, du Canada à la Nouvelle-Zélande, lors d’un voyage de trois semaines à bord du HMNZS Te Kaha, l’une des deux frégates de classe Anzac de la Royal New Zealand Navy (RNZN).

« Je me suis sentie privilégiée de voir ce sur quoi je travaille au quotidien et de le voir utilisé dans un environnement opérationnel. Nous avons pu voir de près comment ils utilisent le logiciel et comment nous pouvons nous appuyer sur le travail que nous avons fait pour soutenir le client, la RNZN », a déclaré Emily.

Emily Lewis
Emily Lewis

Fournir des capacités supérieures et une protection sophistiquée 

En tant que principal intégrateur de systèmes, Lockheed Martin Canada a été chargé d’intégrer un système de gestion de combat CMS 330 amélioré, ainsi qu’une nouvelle série de capteurs et d’armes sur la frégate de classe Anzac, le HMNZS Te Kaha. La modernisation a fourni à l’équipage de la RNZN des capacités supérieures et une protection sophistiquée pour une variété d’opérations navales modernes. L’équipe de LM Canada modernise également une deuxième frégate de classe Anzac, le HMNZS Te Mana.

Concevoir et développer de nouveaux logiciels pour des sous-systèmes d’armes et de capteurs nouveaux et existants, c’est ce que les ingénieurs en logiciel Emily et Sarah font de mieux. À bord du Te Kaha, elles ont profité de l’occasion pour travailler avec le client (RNZN) afin de s’assurer que leurs exigences en matière de logiciel étaient satisfaites. Elles ont travaillé au coude à coude avec l’équipage dans la salle des opérations du navire, fournissant un soutien technique et observant comment leur logiciel était utilisé dans des situations réelles, en temps réel.

« C’était tellement intéressant de s’asseoir avec un groupe de marins pour savoir quels logiciels ils trouvent les plus utiles, et de leur montrer des fonctionnalités que nous avions conçues et qu’ils n’avaient pas encore utilisées », a déclaré Sarah. « À bord du navire, c’était génial de voir comment notre projet - notre logiciel - s’intègre parfaitement dans l’ensemble du système de gestion du combat et rend l’ensemble du système fonctionnel et sûr. À un moment donné, nous avons pu voir comment ils utilisent le CMS 330 dans une situation d’urgence réelle et comment notre travail contribue à dissuader les menaces, à assurer leur sécurité et à soutenir la mission globale, comme dans les situations de recherche et de sauvetage en mer. C’était incroyable. » 

« À un moment donné, nous avons pu voir comment ils utilisent le CMS 330 dans une situation d’urgence réelle et comment notre travail contribue à dissuader les menaces, à assurer leur sécurité et à soutenir la mission globale, comme dans les situations de recherche et de sauvetage en mer. C’était incroyable. » 

Travail sans relâche...

Les deux ingénieurs ont profité de leur temps libre pour s’immerger dans la vie à bord du Te Kaha, en participant à des exercices physiques quotidiens et à un baptême de la ligne - soulignant le moment où le navire passe l’équateur. Elles ont rapidement trouvé leur pied marin et n’ont eu que peu ou pas de mal de mer pendant leur voyage de trois semaines vers la Nouvelle-Zélande. Elles ont pris leurs repas dans le mess et se sont même habituées aux bosses et aux bleus qui sont une réalité d’une vie entourée de métal solide. Une fois arrivées en Nouvelle-Zélande, les ingénieurs en logiciel y ont passé trois mois de plus à soutenir le projet.

« À bord du navire, nous avons vu les marins néo-zélandais en action utiliser le CMS 330. Sur la terre ferme, nous avons travaillé d’arrache-pied pour nous assurer qu’ils avaient un soutien technique hors pair pendant que nous étions avec eux. En tant qu’ingénieurs de Lockheed Martin Canada, notre objectif, lorsque nous sommes arrivées en Nouvelle-Zélande, était de faire en sorte que les marins du Te Kaha aient confiance dans le système et qu’ils soient en sécurité en mer. »

Emily Lewis, nouvelle propriétaire d’une maison, s’attaque à de nombreux projets de bricolage pendant ses temps libres. Lorsqu’elle a besoin de faire une pause dans ses projets d’intérieur, on peut la trouver en plein air, à faire des randonnées avec son chien ou en voyage. La SPA locale lui tient à cœur et elle y fait du bénévolat aussi souvent qu’elle le peut.

Sarah Redmond aime l’escalade, la randonnée, le camping et prend le temps d’apprécier la nature de toutes les façons possibles. Elle se décrit comme une personne créative, qui se détend en créant des œuvres d’art et qui expérimente en perfectionnant des recettes saines à base de plantes pour le livre de cuisine qu’elle est train d’écrire.

Emily Lewis and Sarah Redmond aboard Te-Kaha

À la découverte de l’emploi de rêve

À la découverte de l’emploi de rêve. Lockheed Martin Canada recrute continuellement des personnes intelligentes, novatrices et talentueuses pour pourvoir des postes, partout au Canada. Travailler pour Lockheed Martin Canada est une excellente occasion de mettre en valeur vos compétences, de repousser les limites et de contribuer à une technologie révolutionnaire.

Vous êtes censés changer les choses! Communiquez avec l’équipe de recrutement de talents de Lockheed Martin Canada, dès aujourd’hui.